Intervention sur le projet de loi de finance – Article 28

Député de la 4ème circonscription de Meurthe-et-Moselle

Intervention sur le projet de loi de finance – Article 28

24 octobre 2017 Assemblée Nationale 0

Madame le Président, Monsieur le Ministre, Mes chers collègues,

Avec cet article 28, nous concluons les discussions sur la 1ère partie du projet de loi de finances pour 2018.

Il s’agit du 1er budget de la nouvelle majorité. Le nouveau monde est finalement peu glorieux.

Le budget est, certes plus sincère que les années précédentes, mais il reste modeste et surtout s’avère profondément injuste.

  • Injuste avec l’augmentation du diesel, qui pèsera sur de nombreux Français, en particulier ruraux.
  • Injuste avec l’augmentation de la CSG, qui pèsera sur de nombreux Français, notamment retraités.
  • Injuste avec les petits épargnants ou les candidats à l’accession à la propriété dans les territoires oubliés,
  • Injuste avec la suppression pour certains de la taxe d’habitation, qui pèsera sur l’autonomie de nombreuses communes Françaises, notamment les petites.

Ces efforts injustes sur les classes moyennes vont faire de nombreux perdants. Ce budget les sacrifie.

Est-ce pour la bonne cause ? Même pas ! Puisque ces injustices ne permettront pas d’améliorer le budget de la maison France. Bien au contraire !

Les mesures de redressement structurelles sont maigres. Le présent article que nous examinons maintenant porte sur l’équilibre général du budget. Au risque de vous désenchanter, l’équilibre est bien déséquilibré !

Malgré une conjecture favorable, le gouvernement s’auto-satisfait d’une trajectoire budgétaire inquiétante.

La France détient le déficit de l’Etat le plus élevé d’Europe après l’Espagne. Notre déficit va ainsi se creuser de 6,5 Milliards d’euros en 2018 pour atteindre 83 Milliards d’euros. La France va emprunter 195 milliards d’euros sur les marchés : du jamais vu depuis 10 ans ! Notre dette publique va atteindre 96,8% du PIB en 2018.

Malgré le bénéfice continu de taux d’intérêt historiquement bas, la charge de la dette va augmenter les trois prochaines années.

Vous l’aurez compris, en plus d’être injuste, ce budget est dommageable pour les générations futures !

 

[un budget 2018 injuste]J’ai dénoncé ce soir en séance dans l’hémicycle le budget proposé par le gouvernement qui va profondément impacter les classes moyennes :« Madame le Président, Monsieur le Ministre, Mes chers collègues, Avec cet article 28, nous concluons les discussions sur la 1ère partie du projet de loi de finances pour 2018.Il s’agit du 1er budget de la nouvelle majorité. Le nouveau monde est finalement peu glorieux.Le budget est, certes plus sincère que les années précédentes, mais il reste modeste et surtout s’avère profondément injuste.• Injuste avec l’augmentation du diesel, qui pèsera sur de nombreux Français, en particulier ruraux.• Injuste avec l’augmentation de la CSG, qui pèsera sur de nombreux Français, notamment retraités.• Injuste avec les petits épargnants ou les candidats à l’accession à la propriété dans les territoires oubliés,• Injuste avec la suppression pour certains de la taxe d’habitation, qui pèsera sur l’autonomie de nombreuses communes Françaises, notamment les petites.Ces efforts injustes sur les classes moyennes vont faire de nombreux perdants. Ce budget les sacrifie.Est-ce pour la bonne cause ? Même pas ! Puisque ces injustices ne permettront pas d’améliorer le budget de la maison France. Bien au contraire !Les mesures de redressement structurelles sont maigres. Le présent article que nous examinons maintenant porte sur l’équilibre général du budget. Au risque de vous désenchanter, l’équilibre est bien déséquilibré !Malgré une conjecture favorable, le gouvernement s’auto-satisfait d’une trajectoire budgétaire inquiétante.La France détient le déficit de l’Etat le plus élevé d’Europe après l’Espagne. Notre déficit va ainsi se creuser de 6,5 Milliards d’euros en 2018 pour atteindre 83 Milliards d’euros. La France va emprunter 195 milliards d’euros sur les marchés : du jamais vu depuis 10 ans ! Notre dette publique va atteindre 96,8% du PIB en 2018.Malgré le bénéfice continu de taux d’intérêt historiquement bas, la charge de la dette va augmenter les trois prochaines années.Cela fait une heure, Monsieur le Ministre, qu’on vous attend. On se demande si votre retard est proportionnel au respect jupiterien envers les députés ou à l’impréparation budgétaire ?Vous l’aurez compris, en plus d’être injuste, ce budget est dommageable pour les générations futures ! »

Publié par Thibault BAZIN Député de Meurthe et Moselle sur lundi 23 octobre 2017

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *