GROUPE D’AMITIÉ FRANCE-TCHAD : présidence

Député de la 4ème circonscription de Meurthe-et-Moselle

GROUPE D’AMITIÉ FRANCE-TCHAD : présidence

25 octobre 2017 Assemblée Nationale 0

Ce mardi 24 octobre 2017 a eu lieu la réunion constitutive du groupe d’amitié France – Tchad de l’Assemblée Nationale. « Je suis honoré de pouvoir le présider pour les cinq prochaines années. »

Le but premier des groupes d’amitié parlementaire est de tisser des liens entre parlementaires français et étrangers ; ils sont également des acteurs de la politique étrangère de la France et des instruments du rayonnement international de l’Assemblée nationale. La principale activité des groupes d’amitié est l’organisation de missions auprès du parlement homologue et de réceptions de délégations parlementaires étrangères. Les groupes d’amitié peuvent également recevoir les ambassadeurs ou d’autres personnalités du pays considéré, ainsi que des personnalités françaises engagées dans des activités de coopération avec ce pays. Les groupes d’amitié peuvent enfin servir de point d’appui à des actions de coopération interparlementaire ou de coopération décentralisée.

« Voici trois sujets qui retiennent tout particulièrement mon attention concernant le TCHAD : »

• G5 Sahel :
Le Tchad revêt une importance stratégique majeure pour la France. La capitale, N’Djaména, accueille depuis 2014 le poste de commandement interarmées de théâtre de l’opération Barkhane. Elle a pour but de lutter dans la bande sahélo-saharienne contre le terrorisme islamique. Le 53ème régiment de transmissions, basé à LUNEVILLE, est fortement engagé dans Barkhane depuis 2015.
Cinq pays (Mauritanie, Tchad, Mali, Burkina Faso et Niger) ont décidé la création de la Force G5 Sahel (5.000 hommes), avec l’appui de la France. Le Tchad en a assuré la présidence de novembre 2015 à février 2017.
Au Mali, l’armée tchadienne, représente ainsi le premier contingent de la force de stabilisation des Nations unies (Minusma). L’Etat-major français s’est toujours publiquement félicité du concours qu’ont apporté les forces tchadiennes aux unités de l’armée française engagées dans ce théâtre d’opérations.

Projet de constitution d’un « Hot spot » (ou « missions de protection en vue de la réinstallation de réfugiés en Europe ») :
Le Tchad accueille plus de 400.000 réfugiés. Le président de la République Emmanuel Macron a évoqué son projet d’envoyer au Tchad et au Niger des missions de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) qui pourraient examiner les demandes d’asile en amont. Le Tchad (comme le Niger) en a accepté le principe.

• Politique publique de développement
L’Agence Française de Développement a engagé 273 millions d’euros depuis 2000. Point d’orgue de son action : la maîtrise de l’eau (38 puis réhabilités, 28 puits construits, aménagement de 40 km du tronçon du fleuve Chari pour irriguer 2500 hectares de terres à proximité de N’Djaména et ainsi améliorer l’approvisionnement de la capitale en produits agricoles, jusqu’à présent importés au prix fort depuis le Cameroun voisin). Lors de la conférence tenue à Paris en septembre dernier, le Tchad a obtenu de la part des investisseurs 20 milliards de dollars. La France a apporté une contribution de 223 millions d’euros pour la période 2017-2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *